10 années d’observation illustrées en clichés, puis en vers, c’est la démarche du  duo composé de la photographe Valauren et de la poète Hassiba Hô. L’invitation est donnée aux Plateaux Sauvages pour une plongée hors du temps dans Ménilmontant…

La vieille ceinture, la grande église, la nuit et les passants. Séparée en différents espaces, l’exposition tient dans une unique salle et la scénographie y est simple. Au milieu des clichés suspendus s’insèrent des poèmes. Un ajout qui assure ainsi comme un fond sonore le temps de contempler les photographies.

Ces dernières sont toutes en noir et blanc exceptée une section dédiée aux habitantes de Ménilmontant. [Ces trois clichés couleurs seront à retrouver lors d’une nouvelle exposition “L’équipée” au printemps 2022, toujours aux Plateaux Sauvages.] Mettre en lumière les conditions des femmes est justement l’un des objectifs de cette exposition. Aussi les combats culturels et plus généralement les évolutions de la société y sont abordés.  

L’exposition n’est pas longue, mais propose une jolie immersion dans ce regard que portent les deux artistes sur ce quartier et les évolutions qui s’y rattachent. Une atmosphère qu’on vous invite à découvrir en chanson avec la chanson “Ménil et une nuit”  de Hassiba Hô, il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter bon voyage…

>> “Ménil et une nuit” jusqu’au 20 novembre aux Plateaux sauvages, 5 Rue des Plâtrières, Paris 20e (Lundi-vendredi 14h-18h et samedi selon la programmation)

Texte  : Océane Caillat / Photo : Valauren

———————–

A lire aussi :

“Être heureux et invisible”: le projet d’une photographe américaine, à Maraîchers

La galerie sous le pont : les photos de “Back to the street” rue des Pyrénées

Street photographie : la rue Orfila immortalisée par Pierre Bonard

Suivez Mon Petit 20e sur Instagram

@monpetit20e

To see the Instagram feed you need to add your own API Token to the Instagram Options page of our plugin.