Cette photo des défenseurs de l’Ukraine a beaucoup tourné sur les réseaux sociaux, où elle a interpellé le street-artiste @tempo_nok. Dimanche matin, il a réalisé une fresque, rue de Ménilmontant où il reprend, en la peignant de façon hyper réaliste, la photo d’un des 13 soldats de l’île des serpents. Avec comme couleurs, celles du drapeau bleu et jaune. Un moyen pour lui d’exprimer son soutien au pays attaqué, en reprenant une mise en scène qui est sa signature : une bulle transparente en forme de crâne humain. 

L’île aux serpents, c’est une petite île de la mer Noire, située entre l’Ukraine (dont elle dépend) et la Russie. On en a beaucoup parlé, car dans un enregistrement, des soldats ukrainiens présents auraient dit aux Russes “d’aller se faire foutre” plutôt que de se rendre, avant d’être bombardés par les forces ennemies. Mais l’histoire serait peut-être plus complexe que cela, avec des versions contradictoires (merci la propagande !), disant que les soldats seraient toujours en vie, ou bien qu’ils auraient été faits prisonniers en Crimée.

Originaire de l’Essonne (91), où il a débuté dans le graffiti (“surtout du lettrage comme on en voit le long des autoroutes”), ce Parisien de 39 ans a affiné son style au fil du temps. “Un voyage au Japon en 2006 m’a aidé à entreprendre un virage artistique”. Au point d’exposer maintenant dans des galeries. Dans ses dernières œuvres, son crâne humain transparent est rempli d’objets ou de lieux, en référence à là où elles sont situées : La Joconde pour une fresque à proximité du Louvre, le bâtiment du Carreau du Temple à deux pas de celui-ci… 

Ce graphiste de profession, qui préfère rester anonyme, doit son pseudonyme actuel à son “blaze de graffeur, qui était “tempo”, en référence à la temporalité”, mais aussi à “Nok”, qui est le nom du groupe de graffiti auquel il appartient. “Les acronymes sont souvent utilisés, le notre vient de Nine One Crew, en référence à notre département d’origine”. Sa prochaine œuvre fera-t-elle encore référence à l’actualité ? Se situera-t-elle dans le 20e ? Réponse bientôt en suivant son compte. 

Photo : Merci à @jeanaej75 

—-

A lire aussi :

Street art préhistorique : Lasco vulgarise l’art pariétal dans le 20e

Street art : les loups sont entrés dans Paris

Street art : les animaux de Le Long marquent leur territoire dans le 20e

Suivez Mon Petit 20e sur Instagram

@monpetit20e

[/nectar_highlighted_text]
To see the Instagram feed you need to add your own API Token to the Instagram Options page of our plugin.
Oops, something is wrong. Instagram feed not loaded
[/vc_column][/vc_row]