C’est une heure avant la réunion d’information aux riverains que la nouvelle est tombée : l’ouverture prévue d’un lieu d’accueil pour les consommateurs de drogue au 172 rue Pelleport a été abandonnée par la ville de Paris. Mais le maire du 20e, Eric Pliez a assuré que la structure verra le jour ailleurs dans l’arrondissement. 

 

La mobilisation a visiblement fait évoluer les plans. Initialement prévue à la MJC des Hauts de Belleville, rue du Borrégo, “le temps d’échanges sur le futur centre de soins“ a finalement été programmé dans un lieu plus grand, le gymnase des Pyrénées. Mais ce ne fut pas suffisant pour faire entrer l’ensemble des personnes présentes – plusieurs centaines – souhaitant y assister. Certains étaient arrivés très en avance. Une demi-heure avant l’heure dite, l’esplanade entourant l’entrée du gymnase était noire de monde. Les premiers placés dans la file ont pu entrer, au compte goutte dans l’édifice, après avoir dûment présenté leur pass sanitaire. À l’intérieur, se trouvaient déjà de nombreux élus de la mairie du 20e et plusieurs médias nationaux venus couvrir l’événement. 

La pression est montée d’un cran, quand assez rapidement la salle fut pleine (à cause d’une jauge restreinte pour cause de crise sanitaire). Plus d’une centaine de personnes restées dehors ont hué les organisateurs, appelant à la démission du maire, Eric Pliez, et demandant à ce que la réunion se tienne dehors. Au bout de quelques minutes, c’est son premier adjoint, Maxime Sauvage,  qui est sorti pour leur annoncer trois choses : s’excuser du manque de place à l’intérieur, confirmer que le projet de salle au 172 rue Pelleport était abandonné et annoncer qu’une autre réunion aurait lieu ultérieurement. Pas suffisant pour calmer les plus remontés, qui ont décidé de rester dehors et d’attendre la fin de la réunion pour alpaguer le maire… qui a quitté la réunion en voiture, sans venir les rencontrer. 

Dans le gymnase, l’ambiance était toute aussi électrique, avec deux camps clairement identifiés, les élus de la majorité (dont des maires d’autres arrondissements) et l’ARS (Agence régionale de santé) venus défendre un nouveau plan anti-crack, à l’échelle de Paris, et les riverains présents, en grande majorité opposés au projet Pelleport. Le maire du 20e, Eric Pliez, a d’abord pris la parole pour dire que ce qu’il retenait des annonces du Premier ministre, c’est que trois nouveaux lieux vont ouvrir à Paris. Si le quatrième projet, celui de la rue Pelleport a été abandonné, c’est à cause de sa proximité immédiate avec des écoles. “Il y a eu un consensus, à la fois de l’État, de la ville et de la mairie d’arrondissement, pour dire que dans ce contexte-là, toutes les conditions n’étaient pas réunies”, a-t-il expliqué.

Le premier élu a également tenu a précisé que ce projet “n’a jamais été une salle de shoot”, mais “une petite unité de soin et de repos”, comme il en existe 25 autres dans Paris, où très souvent “les riverains ne sont même pas au courant” de leur existence. (Pour rappel, il existe actuellement qu’une seule salle de consommation ou “salle de shoot” dans la Capitale, située dans l’enceinte de l’hôpital Lariboisière, dans le 10e arrondissement).  “Nous restons prêts à prendre notre part, dans le 20e. Nous prendrons le temps de concerter pour installer une unité de soins, pour sortir ces gens malades de leur addiction, et de la rue. Mais encore faut-il trouver des sites”, a poursuivi Eric Pliez.

Cette nouvelle salle comprendra-t-elle un lieu de consommation à moindre risque ? Ce n’est pas prévu “pour le moment”, a-t-il répondu, ajoutant que le projet pourrait toujours évoluer et  “qu’elle serait susceptible de pouvoir en accueillir (…) pour les usagers pris en charge par la structure, et si la loi l’autorise”.

S’en sont suivi des questions et des réponses, qui prenaient souvent des airs de tribune. Les uns et les autres énonçants de multiples arguments en faveur ou en défaveur de lieux d’accueil dédiés aux toxicomanes, que ce soit rue Pelleport ou de manière plus générale. Les opposants aux projets dénonçant la “condescendance et le mépris” des élus, quand ces derniers appelaient les habitants du 20e arrondissement à un devoir d’humanité et de solidarité, arguant que ces structures affichent de bons résultats en France et à l’étranger. (Une mission de l’Assemblée nationale vient d’estimer que ces salles sont “utiles et efficaces”.)

Mais pourquoi l’ensemble des lieux annoncés se trouvent uniquement dans le nord-est de Paris ? Parce que les utilisateurs sont là, ont répondu les élus. Dans un second temps, d’autres arrondissements devraient également “prendre leur part”. Dans ce plan d’ensemble concerté, il est “bien question que ces micro-structures s’élargissent à d’autres arrondissements de Paris. La présence de mes collègues du 14e et du 12e signifient bien leur souhait de s’inscrire dans cette démarche”, a ajouté Eric Pliez. 

Bilan à la fin de cette soirée : une salle de soins et/ou d’hébergement ouvrira dans le 20e arrondissement…. mais on ne sait pas encore où. “Nous devons mieux concerter en amont, mais ce lieu existera”, a déclaré Eric Pliez. Casse-tête annoncé pour l’équipe municipale, puisque que l’école rue Pelleport avait été présentée comme l’un des rares lieux disponibles dans l’arrondissement. 

 

Photos : des habitants du 20e arrondissement, venus pour assister à la réunion, et qui n’ont pu entrer à l’intérieur du gymnase, au 296 rue des Pyrénées. Intérieur du gymnase où se tenait la réunion.

 


A lire aussi : 

Le Café social de Belleville vient en aide aux personnes âgées immigrées

Les frigos solidaires, l’initiative anti-gaspi qui se développe dans le 20e

“Extramuros” : une menuiserie solidaire et écologique à Ménilmontant

 

[/vc_column][/vc_row]
Ces articles peuvent vous intéresser

Suivez Mon Petit 20e sur Instagram

@monpetit20e

To see the Instagram feed you need to add your own API Token to the Instagram Options page of our plugin.