On connaît l’ancienne gare de Charonne, devenue la Flèche d’Or, tandis que celle de la rue d’Avron nous était encore inconnue. On est parti en quête de son histoire.

La gare d’Avron a ouvert au trafic voyageur le 15 mai 1895, sur la ligne de la Petite Ceinture Rive Droite, qui reliait entre elles les gares Saint-Lazare, du Nord, de l’Est, de Lyon et d’Austerlitz. Si le bâtiment sur la rue Ferdinand-Gambon a bénéficié d’un ravalement, il n’est plus accessible au public. A l’intérieur, il était organisé sur deux niveaux. Le rez-de-chaussée comportait un bureau de vente des billets, un guichet des bagages, une consigne, une salle d’attente et une lampisterie (le nom de l’entrepôt de lampes et lanternes). L’étage, situé au niveau du quai, intégrait le bureau du chef de gare, un bureau pour le télégraphe, le téléphone et les cabinets d’aisance. 

Sur les voies, subsistent un quai et un édicule, couverts de graffitis, devenus aujourd’hui un “spot” pour les graffeurs. Spécialisé dans la réappropriation des lieux, le site Geoconfluences, décrit la gare comme “une œuvre d’art évolutive”.“Cachée des regards de la ville, c’est un territoire des possibles pour des pratiques artistiques marginales, tout comme pour des pratiques de promenade urbaine alternatives”.

Pour rappel, on vous en avait parlé dans un précédent post, l’association des promeneurs de la Petite Ceinture espère faire de cette ancienne voie de chemin de fer, supprimée en 1934, une immense balade à travers Paris. Ils proposent déjà plusieurs itinéraires guidés sur différents tronçons. N’hésitez pas à les rejoindre si le projet vous séduit.

Photo : @marinepenot

Ces articles peuvent vous intéresser

Suivez Mon Petit 20e sur Instagram

@monpetit20e

To see the Instagram feed you need to add your own API Token to the Instagram Options page of our plugin.