Portée par deux jeunes femmes du 20e arrondissement, cette marque-média lance une collection capsule appelant à “briser le silence” à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes.

On vous présente Mélody à gauche, Joséphine à droite. La photo a été prise cet été à Belleville, rue de Tourtille (devant chez Florent Coiffeur). Les deux amies, qui habitent le 20e arrondissement, l’une à Pyrénées, l’autre à Gambetta, venaient de lancer D//construction. L’objectif de cette marque-média de street-wear unisexe, c’est d’utiliser la mode comme tremplin pour interpeller sur de grandes causes sociétales. Leurs t-shirts et sweats à capuche portent le mot “briser”, qui se décline ensuite selon le message à porter.

 Si on vous en parle aujourd’hui, c’est qu’à l’occasion de la Journée de lutte contre les violences faites aux femmes, elles présentent leur première collection “Briser le silence” en partenariat avec Led by her. Concrètement, 10 % des recettes de cette première collection iront à cette association qui permet aux femmes victimes de violences de se reconstruire par l’entreprenariat. Tandis que, sur les réseaux sociaux, seront publiées des interviews d’expertes, comme Monique Pelletier, ancienne ministre de la condition féminine.

Avant d’être associées, ces deux trentenaires se sont rencontrées lors d’un training d’acteurs, car dans la vie elles sont aussi comédiennes. C’est en discutant de leurs parcours de vie, des épreuves qu’elles ont vécu (deuil, inceste…), de leurs relations à leur famille, de comment ces sujets sont traités médiatiquement, qu’elles ont eu l’idée de créer une marque qui va plus loin que le simple produit, qui cherche à briser les tabous. “On s’est rendu compte combien l’industrie de la mode est importante pour faire passer des messages. C’est en changeant la communication, la publicité de cette industrie, en apportant de nouvelles images, que l’on peut changer les mœurs d’une société”, expliquent-elles.

En mars 2021, elles ont rejoint le programme Coup d’Envoi de La Ruche Paris (un incubateur du 20e arrondissement) qui les a aidé à concrétiser ce projet. Aidées aussi de l’expérience de Joséphine, qui a travaillé pendant 10 ans dans la mode. Jusqu’où ira D//Construction ? Quelles seront les prochaines causes défendues ? Réponses en suivant leur compte Instagram, et faire petit bout de chemin avec elles…

>> Comptez 25 € le bonnet, 29 € la casquette, 39 € le tee-shirt et 89 € le sweat à capuche, à retrouver sur leur e-shop.

—–

A lire aussi :

Madame-en-soie, des robes de mariées confectionnées dans le 20e

Hakuyo Miya : dans l’atelier d’un couturier japonais à Belleville

La fripe c’est chic : bienvenue chez “77 Vintage”, rue de Ménilmontant

Suivez Mon Petit 20e sur Instagram 

@monpetit20e

To see the Instagram feed you need to add your own API Token to the Instagram Options page of our plugin.