Cette étrange demeure située place Martin Nadaud, dans le quartier Gambetta, a de quoi fasciner les passants…

On a découvert qu’une internaute la surnomme “la maison du garde-chasse”, quand d’autres font plus sobre avec la “white house” ou la “maison branchée”… En cause : sa façade recouverte de faux rondins de bois. Un motif en vogue sous le style Art Nouveau, qui s’imposait au moment de la construction de cette crèche laïque, en 1899.

Notre site préféré sur le patrimoine du 20e nous apprend que son architecte, Charles-Jean Delacroix (1854-1907), résidait non loin de là, place Gambetta, et que l’essentiel de son œuvre est situé dans l’arrondissement (pratique). Quant à la singulière façade, il s’agit d’une “ornementation pittoresque sur un thème forestier comportant des moulures simulant des branchages prises dans le ciment crépi. Les montants de l’auvent, les barrières à l’entrée, l’emmarchement, les garde-corps imitent également le bois brut offrant ainsi un décor aussi factice qu’original au cœur de la ville”.

Ce qui est remarquable aussi, c’est qu’un siècle après, l’activité du lieu n’a pas changé. Le bâtiment abrite toujours la crèche laïque du Père Lachaise. La vocation des crèches laïques à l’origine ? “C’est d’accueillir dans un esprit laïc et républicain les enfants des familles ouvrières, généralement très pauvres, dont les mères travaillent dans les fabriques du quartier. Et contrecarrer la forte présence de l’Église catholique dans l’enseignement et la petite enfance au début du 20e siècle”.

📸 @st_nakaji

Ces articles peuvent vous intéresser

Suivez Mon Petit 20e sur Instagram

@monpetit20e