Rencontre avec une habitante (de longue date) de cette cité HLM de la Porte de Bagnolet, dont la réhabiliation se fait attendre.

C’était déjà compliqué de vivre toute l’année dans des bâtiments délabrés, que l’idée d’y être une nouvelle fois confiné fut insupportable. À l’annonce du reconfinement, les habitants de la cité HLM Python-Duvernois, à proximité de la Porte de Bagnolet, ont intensifié les actions du collectif “Python-Duvernois en action”, afin de se faire entendre. Et ça a (en partie) fonctionné, car plusieurs médias, dont Libération et BFM, sont venus relayer les nuisances auxquelles ils font face : l’invasion de rats à la nuit tombée, le bruit et la pollution dus au périphérique tout proche, la mauvaise isolation qui engendre fuites et infiltrations.

Gérés par la Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP), ces logements sociaux des années 50 doivent être, pour certains détruits et reconstruits, pour d’autres réhabilités, et les habitants relogés. Sauf que ce grand projet “des Portes du 20e” prend du retard. Le chantier devait débuter cette année, il n’en est rien. De quoi susciter l’impatience d’Éliane, 49 ans, une auxiliaire de crèche, arrivée à Python avec sa fille, il y a 15 ans. Entretemps, elle a eu un fils, et deux nièces les ont rejoints. Si bien qu’ils logent à cinq dans un deux-pièces de 39 m2 (au loyer de 400 €) devenu trop petit. Ils cherchent à l’échanger contre un plus grand depuis 4 ans.

Une invasion de punaises de lit qui a duré 15 mois

Leur témoignage est emblématique du mal logement, dont souffrent 1,2 million de Franciliens. Rien ne leur a été épargné : les cafards, les souris qui font des trous dans les murs, attaquant leur nourriture et laissant des marques jusque sur les couvercles des casseroles, et enfin des punaises de lit dont il a fallu 15 mois et 12 interventions pour se débarrasser. “Elles se cachaient dans les plaintes et sortaient la nuit, attaquant les enfants, laissant du sang sur les murs et les draps. Impossible pour moi de dormir, je passais mes nuits à essayer de les tuer. On a dû jeter tout ce qu’on avait : canapé, lit, rideau, et repartir de zéro”, nous raconte Éliane.

Des soucis qu’elle remonte à son bailleur sans avoir l’impression d’être entendue. “La RIVP nous renvoie vers la gardienne, qui elle renvoie vers le bailleur, c’est sans fin”, explique sa fille de 23 ans, qui vient de terminer ses études et cherche du travail. “Le problème, c’est que la RIVP sait qu’on dépend d’eux, et le risque, si on râle trop, c’est de voir notre dossier bloqué”, ajoute-t-elle. Leur espoir ? Être relogées pas trop loin, dans un endroit où elles n’auront pas à s’épuiser à combattre les nuisibles.

Ces articles peuvent vous intéresser

Suivez Mon Petit 20e sur Instagram

@monpetit20e