On ne les appelait pas encore H.L.M. Construits dans les années 20 par l’architecte Louis-Hippolyte Boileau (1878-1948), ces immeubles en brique longent le boulevard Mortier, au nord de la Porte de Bagnolet.

On aime la perspective qu’offre la photo, prise à l’angle de la rue Maurice Berteaux (un homme politique de la fin du 19e) et de la rue Stanislas Meunier (un géologue, minéralogiste et journaliste scientifique). (Ça vous servira peut-être un jour au Trivial Pursuit !).

Disposés selon un plan en peigne, les cinq bâtiments sont très représentatifs, par leur dimension, leur organisation et leurs façades, des ensembles de la “ceinture rouge” de Paris. Il s’agit d’immeubles édifiés sur d’anciennes fortifications, devenus des terrains militaires, puis parsemés de bidonvilles. En 1919, la ville de Paris rachète à l’État cette bande de 34 km de long et 400 mètres de large, où sera construit, bien plus tard, en 1973, le périphérique.

En plus des boulevards, sont édifiés des immeubles destinées aux moins fortunés : les HBM, habitations à loyer modéré. Entre 1921 et 1939, ce sont 58 500 logements qui voient le jour à Paris. La visée est hygiéniste : l’heure est au logement social pour limiter la propagation des épidémies dans les taudis des quartiers populaires. Si jusqu’ici la construction de logement était laissée à l’initiative privée, la loi Bonnevay de 1912 autorise (enfin) les communes et les départements à œuvrer au logement social.

Connue pour être un matériau bon marché, la brique est alors plébiscitée par les architectes. S’ils n’auront pas de gros budget pour orner les immeubles, ils redoubleront d’imagination pour égayer l’ensemble, avec une alternance de couleur dans le choix des briques, et l’ajout d’éléments architecturaux en volume (balcons, balconnets, bow-windows, corniches…). Progressivement, ces dernières années, les bâtiments sont réhabilités, pour créer des salles de bain et gagner en isolation thermique.

Vos témoignages (postés en commentaires sur Instagram) :

ainhoaaela :Je suis née dans un de ces immeubles Boulevard Davout en 1949 . Mon père y avait installé une baignoire qui se rabattait . Ma famille était installée là avant la seconde guerre mondiale . Je me souviens qu’on pouvait accéder aux abris qui avaient servis lors des bombardements…”
annouka74 : “Merci pour ce rappel sur l’histoire des HBM . Je ne sais pas si la réhabilitation a réellement permis une meilleure isolation thermique, ce qui est sûr c’est qu’on n’a malheureusement pas gagné en isolation phonique !”
natmo_glassart : “Une scène de course poursuite de la série “Lupin”, (saison 1) a été tournée ici même !” 
neil8123 : “La rénovation extérieur des hlm date des années 70. Mr Chirac, maire de Paris, a décidé de la rénovation intérieur milieu années 1980. Beaucoup avaient aménagé leur logement : salle de bain, cuisine aménagée, chauffage centrale, l’ascenseur, la plupart des habitants étaient nés dans ces logements. Mon père est né en 1931, il a connu ce logement jusqu’en 1994. J’ai moi même vécu ma jeunesse dans ces briques rouges. J’habitais rue Félix terrier. Tout le monde se connaissait. C était la belle vie.”
Ces articles peuvent vous intéresser

Suivez Mon Petit 20e sur Instagram

@monpetit20e

To see the Instagram feed you need to add your own API Token to the Instagram Options page of our plugin.