On ne peut s’empêcher, en se baladant, d’inventer des vies aux habitants de ces maisons de poupée. Vous imaginez donc notre joie quand on a été invité à prendre un café chez Hélène qui habite ce charmant lotissement.

Parisienne de toujours, ancienne amoureuse du 11e (avant qu’il ne devienne trop branché !), certains connaissent Hélène (@helenecolmovsky) pour avoir tenu le concept store, “Le Village”, place Octave Chanute (à l’emplacement de La Toute Petite Librairie). Pendant dix ans (2008-2018), son commerce a contribué à dynamiser ce quartier, proche de la Porte de Bagnolet, où en dehors des résidents, les Parisiens se rendent peu…

Alors, ça fait quoi d’habiter une maison en plein Paris ? “La magie des débuts perdure, explique-t-elle, on se sent privilégiés de pouvoir vivre dans le “quartier des chats”, dans une jolie rue sans voiture, de profiter d’un bout de jardin, et d’avoir une splendide vue sur les toits des maisons alentours”. Une qualité de vie qui se double d’un fort lien social, puisque tous les résidents se connaissent (au moins de vue), se disent bonjour, se retrouvent dans une association de riverains… “Quel bonheur de voir les enfants se retrouver dans la rue, après l’école ou le week-end, pour jouer au ballon ou simplement être ensemble”. Un village, on vous dit !

Ce qu’elle tient aussi à faire savoir, c’est que l’ambiance de la Campagne à Paris tient aussi à son origine : un quartier populaire. Même si la hausse continuelle du marché de l’immobilier a fait flamber, comme partout, le prix des maisons (en grande majorité des meulières, dont l’entretien nécessite un budget certain) et amené une nouvelle génération de Parisiens, certaines d’entre elles sont encore habitées par des descendants des premières familles qui s’y sont installées au début du XXè siècle. Des histoires familiales qui nous donneraient, là encore, bien envie de s’inviter à prendre le thé…

Ces articles peuvent vous intéresser

Suivez Mon Petit 20e sur Instagram

@monpetit20e