Vous avez peut-être déjà croisé ces petites maisons de pierre en vous baladant rue des Cascades, sans savoir vraiment de quoi il s’agissait.

Ce sont des “regards”, des vestiges d’anciens aqueducs parisiens. Tous ne sont pas forcément accessibles, car ils dépendent parfois de propriétés privées. Leur mission ? Vérifier la qualité de l’eau. Plusieurs sources prennent naissance sur les hauteurs de la ville (les eaux du Pré-Saint-Gervais et les eaux de Belleville), auxquelles s’ajoutent les eaux de pluie. Au cours de sa descente, l’eau passe par plusieurs couches terrestres qui la filtrent. Les petites bâtisses que sont les regards sont alors placés le long du chemin que prend l’eau afin de surveiller sa qualité (et les quantités disponibles).

Pourquoi les regards ont-ils été construits ? Historiquement, les Parisiens se servaient de la Seine comme source d’eau. Cependant la ville grandissant et s’étendant, le fleuve ne pouvait suffire à l’alimenter en eau. Les regards ont été construits avant tout pour servir le clergé et à la noblesse de l’époque. Le regard Saint-Martin affiche, par exemple, au-dessus de sa porte un message en latin expliquant que l’entretien était fait par les religieux de l’Abbaye de Saint-Martin-des-Champs et par les Templiers. En échange, ils bénéficiaient de son fonctionnement.

Au 18e siècle, la ville de Paris a récupéré l’usage des regards avant de les abandonner au profit de systèmes plus modernes. Aujourd’hui classés monuments historiques, ils fonctionnent encore et redirigent l’eau vers les égouts de la ville. Alors, rendez-vous rue des cascades pour suivre le cours de l’eau ?

Texte & Photo : Aurélien Lori

Ces articles peuvent vous intéresser

Suivez Mon Petit 20e sur Instagram

@monpetit20e

To see the Instagram feed you need to add your own API Token to the Instagram Options page of our plugin.